Ana, Libérée, Divorcée...

26 juin 2019

Pourvu...

Pourvu qu'il soit sensible

Pourvu qu'il soit curieux de découvrir de nouvelles choses

Pourvu qu'il ait la peau douce

Pourvu qu'il aime les jeux de société

Pourvu qu'il rie sans arrêt, mais sache être sérieux quand il le faut

Pourvu qu'il soit drôle

Pourvu qu'il n'ait pas besoin de se moquer des autres pour se faire remarquer

Pourvu qu'il ait de beaux yeux et un beau sourire (et un beau cul)

Pourvu qu'il sache me redonner confiance quand je doute

Pourvu qu'il accepte mon fils et l'aime aussi

Pourvu qu'il connaisse les répliques des Trois frères, du Père Noël est une ordure, de C'est arrivé près de chez vous...

Pourvu qu'il soit fan de Harry Potter

Pourvu qu'il ait un petit côté artiste

Pourvu qu'il ne soit pas gêné de pleurer

Pourvu qu'il ne veuille pas m'étouffer

Pourvu qu'il aime combattre la routine

Pourvu qu'il sache me surprendre

Pourvu qu'il mange la pizza et les frites avec les doigts

Pourvu qu'il sache préparer les mojitos

Pourvu qu'il aime et respecte les animaux

Pourvu qu'il me protège quand j'ai peur en regardant The Walking Dead

Pourvu qu'il aime les burgers

Pourvu qu'il ne prenne pas toute la couverture

Pourvu qu'il réchauffe le lit, l'hiver

Pourvu qu'il aime les virées à la mer improvisées

Pourvu qu'il aime lire

Pourvu qu'il soit doux et tendre

Pourvu qu'il soit intelligent mais pas prétentieux

Pourvu qu'il aime la mer et les couchers de soleil

Pourvu qu'il veuille un enfant

Pourvu qu'il ne soit pas violent, ni jaloux

Pourvu qu'il ne soit pas matérialiste, ni superficiel

Pourvu qu'il ne me prive jamais de ma liberté

Pourvu qu'il soit un peu écolo

Pourvu qu'il soit féministe

Pourvu que sa mère ne soit pas tarée

Pourvu qu'il soit un aventurier

Pourvu qu'il ait assez confiance en lui et ne cherche pas à me rabaisser

Pourvu qu'il aime les apéros

Pourvu qu'il veuille voyager avec moi

Pourvu qu'il aime le rock'n'roll

Pourvu qu'il me propose plein de concerts

Pourvu qu'il comprenne mon humour

Pourvu qu'il existe... quelque part.

 

 

Posté par anaisbouh à 20:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 juin 2019

C'est pas ta fête...

Aujourd'hui, c'est la fête des pères.

Aujourd'hui, tu étais censé le prendre de 10 à 18h, c'est bien précisé dans le jugement.

Tu sais, il t'avait préparé des cadeaux, il y avait mis tout son coeur.... On les a laissés à l'école.... Il a pleuré, il voulait les reprendre...

Mais....t'as pas voulu le prendre, encore une fois.

Encore une fois, t'as foiré. Je ne sais même pas pourquoi ça m'étonne encore.

Parce que le enfants vivent et grandissent en fonction des évènements qui permettent de structurer l'année, parce que les fêtes, c'est important. Parce que l'amour, c'est important. Même si, pour toi, le plus important, c'est l'argent, le plus important, c'est d'assouvir tes propres désirs... Tu es incapable d'éprouver des sentiments.

698032B2-F565-414C-896C-43993AF926C9

 

Mais est-ce vraiment grave?

Honnêtement, est-ce que tu mérites d'être fêté?

T'es un père en carton.

Lundi, j'ai du aller rechercher notre fils car il souffrait d'une insolation parce que "t'as pas le temps" de lui acheter une casquette. Pas le temps? Combien de temps es-tu prêt à lui consacrer? Parce qu'acheter une casquette, c'est plutôt rapide, en fait. Quand on annonce 30 degrés, ça me paraît logique.

En un mois, c'est déjà la seconde fois que tu me demandes de le garder (la dernière fois, c'était pour t'envoler à Dubaï, en vacances, avec ta copine).

T'as ton fils 10 jours par mois... ça veut dire qu'il t'en reste 20 pour toi. ça me semble amplement suffisant pour "profiter"et organiser ton temps.

ça prouve juste qu'il n'est pas ta priorité.

(sans parler du fait que le seul rendez-vous médical que je t'ai demandé d'assumer, t'as réussi à pas savoir t'y rendre)

Être père, ce n'est pas offrir des cadeaux (mais lui mettre des vêtements et chaussures trop petits et détériorés) et faire des câlins. ça, tout le monde sait le faire.

Tu sais, il y a des pères qui rêveraient de pouvoir s'investir, il y a des pères qui ont perdu un enfant, il y a plein d'hommes qui rêvent de devenir pères...

Toi, tu as la chance d'avoir un enfant adorable.  Un enfant mignon et tellement gentil. Un enfant qui t'aime malgré tout, parce qu'à son âge, il ne comprend pas encore.

Je suis en colère.

Pendant des années, j'ai essayé de t'impliquer dans son éducation, je pensais vraiment que ça t'intéressait. Mais, dès notre séparation, j'ai réalisé, qu'en fait, tu ne désirais pas t'investir.

Après, je ne sais plus qui (je pense que c'est la grand-mère d'un de ses copains) m'a dit que, si c'est pas naturel, il ne faut pas forcer... Je réalise que c'est vrai. Chassez le naturel, il revient au galop.... 

Lorsque notre fils est né, ta maman m'a dit "tu dois suivre ton mari. Tes enfants, tu les cases". J'ai été choquée mais je me rends compte que tu l'appliques sans aucun remord.

Tu sais que, moi, je suis là, tu te reposes sur moi, comme tu l'as toujours fait... Mais, je ne te dois absolument rien, nous sommes divorcés...

Alors, arrête de demander une garde alternée alors que t'es déjà incapable d'assumer 10 jours par mois... Je sais que c'est la dernière chose qu'il te reste pour m'atteindre. Mais je refuse que tu gâches son enfance ! Bordel, fais-toi soigner. Je sais que les pervers narcissiques ne changent jamais et je suis en colère de devoir être toujours confrontée à toi, à ton manque d'humanité.

 

Tu ne le mérites absolument pas.

 

T'es qu'un père du dimanche et encore, c'est discutable....

 

Posté par anaisbouh à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2019

Un an

Je n'ai pas retenu la date. Désormais, je ne retiens plus aucune date.

Mais, à force de la voir sur les différents jugements, conclusions d'avocats,...

Voilà, ça fait un an.

Un an que mes chaînes se sont brisées.

Un an que mon fils et moi vivons loin des cris, loin des tensions, loin des coups...

Un an que lui et moi vivons heureux, dans un foyer plein de rires, de câlins, de complicité...

Un an et je n'ai toujours pas appris à rester loin de mon fils, sans aucune nouvelle, sans même savoir où il vit !

Un an que j'ai appris que rien n'était jamais acquis.

Un an que j'ai appris qu'on pouvait faire semblant d'être ce qu'on était pas.

Un an que j'ai appris que les mecs pouvaient se faire passer pour quelqu'un d'autre uniquement pour séduire.

Un an que j'ai appris que l'amour, c'est pas toujours réciproque et que les gens pouvaient simuler leurs sentiments.

Un an que j'ai appris qu'il existait des menteurs professionnels.

Un an que je peux revoir mes amis.

Un an que j'arrive à nouveau à nouer de nouvelles relations (impossible quand tu vis avec un asocial).

Un an que j'ai appris que je ne pouvais compter que sur moi.

Un an que j'ai toujours mal à cette foutue côte qu'il m'a cassée et pour laquelle il ne s'est jamais excusé (il a préféré dire qu'il le referait volontiers).

Un an que j'ai appris que beaucoup de gens aiment profiter des femmes seules et qu'il faut toujours se battre.

Un an que j'ai appris que j'étais capable de bien plus de choses que je le soupçonnais.

Un an que je me débrouille toute seule et, putain, qu'est-ce que je suis fière de moi !!!!

Un an que j'ai découvert que j'étais une personne forte et courageuse. En réalité, je l'ai toujours été.

Un an que j'ai appris à faire confiance à mon corps. Si j'ai mal, c'est vrai et ce n'est pas dans ma tête, comme me disait mon ex-mari.

Un an que j'ai appris à être heureuse en ne possédant pas grand chose.

Un an que j'essaye de vivre avec le moins possible et de me débarrasser du superflu.

Un an que je compte chaque centime. L'appli de banque en ligne est devenue ma meilleure amie et ma calculatrice aussi.

Un an que je peux manger sans avoir peur de me faire engueuler à chaque bouchée parce que "je fais du bruit".

Un an que je peux m'habiller comme je veux et même être sexy si j'en ai envie.

Un an que je me suis réconciliée avec mon image dans le miroir.

Il m'a fallu un an pour réaliser que j'étais belle, oui !

Un an que je n'ai plus peur de lui mais que j'ai peur qu'il fasse du mal à notre fils, psychologiquement surtout.

Cette année, je pense avoir grandi beaucoup plus qu'en plusieurs années réunies. J'étais encore une gamine et je suis devenue une femme, vraiment.

Bon, il manque une seule chose pour que je sois totalement épanouie : un travail !!!!

Pas un mec, je m'en passe très bien. Mais j'ai besoin d'être enfin autonome, indépendante financièrement, d'être active, de voir des gens, de faire des choses qui ont du sens pour moi, pour la communauté.

Un an que je ne voudrais pas revenir en arrière, Jamais.

Un an que je suis devenue MOI !

HAPPY UN, MOI <3

IMG_9887

Ouf, il s'en est fallu de peu que j'aie une vie de merde avec un c...... !!!

Posté par anaisbouh à 09:46 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

07 janvier 2019

N'attends pas d'être sûre, pars....

Les fêtes, ça ne me rappelle pas que de bons souvenirs...

En décembre 2015, mon fils a eu une énoooorme bronchiolite.

Le truc horrible. On a fait des aérosols et de la kiné respi, même le jour du réveillon de Noël.

C'était difficile car il ne dormait presque pas et se réveillait à 5h, le matin.

En plus, il m'a transmis ses microbes et je me suis tapée une de ces grippes ! Cette année-là, elle était vraiment agressive.

Je n'avais jamais été aussi malade (beaucoup de fièvre, la tête qui tourne et de grosses courbatures, entre autres), ajoutez à cela la fatigue de veiller sur mon petit malade et de l'allaiter.

Bref, j'avais demandé à mon ex-mari d'annuler/reporter le réveillon qui se déroulait chez nous (et pour lequel nous devions cuisiner : hors d'oeuvre, deux entrées, plat, dessert...pour sa famille). Son père a insisté pour maintenir le réveillon et a promis de venir nous aider...  Tu parles...

Il est arrivé à 19h...

Bref, on a du cuisiner, s'occuper du petit malade avec 40 de fièvre et au bout de ma vie.

A 1h du matin, je m'excuse auprès de nos invités (juste les parents de mon ex, hein...) mais je vais dormir. Oui, je suis malade, mon fils est malade, il se réveillera définitivement 4h plus tard et se réveillera plusieurs fois. J'ai besoin de dormir. Je suis à bout de forces.

Quand mon ex-mari est allé se coucher cette nuit-là, il a commencé à m'insulter parce que j'étais allée me coucher avant le plat de résistance (à 1h du matin !!!)

Il a fini par en venir aux mains...

Cette année-là, j'ai pensé à le quitter...

J'ai voulu...

Je suis allée visiter un appartement.

Mais, cet appartement appartenait à son père et je savais qu'il pourrait y rentrer comme il le voudrait.

 

Alors, je lui ai laissé une chance, deux chances, trois chances,....

 

Ne faites pas cette erreur.

 

Un vrai homme, un vrai compagnon vous proposera lui-même d'aller vous coucher, il prendra soin de vous quand vous serez malade....

Si votre compagnon n'a aucune empathie. Pire, s'il vous insulte et vous violente alors que vous êtes souffrante (ou pas), s'il vous fait culpabiliser, quittez cette personne sur le champs.

 

C'est ce que j'aurais du faire et emmener mon fils loin de ce monstre.

 

 

 

Posté par anaisbouh à 12:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 août 2018

Ecrire

Ecrire, c'est libérateur...

Je vous explique mon cas... Mon ex mari est un pervers narcissique et, en tant que tel, la communication est difficile, impossible même, avec lui.

Hier encore, il m'a appelée, m'a hurlé dessus et m'a menacée et a raccroché avant que je puisse dire quelque chose.

Et c'est TOUJOURS comme cela.

Il ne me laisse JAMAIS l'occasion de m'exprimer et il n'écoute pas.

J'ai mis en place un carnet de communication pour notre fils, il ne l'a JAMAIS utilisé ! Il ne répond pas aux mails, jette mes lettres avant de les lire...

Alors, tout ce que je ne peux pas dire, tout ce qui doit sortir, je l'écris. Je ne tiens pas à garder cela en moi.

J'écris ce que je ressens, ce que je pense, je dénonce, je réfléchis et je me défoule un peu aussi. ça fait du bien de dire ce qu'on a sur le coeur, parfois. 

Ce que j'écris n'est peut-être pas intéressant, mais c'est un besoin que je ressens.

J'ai plein d'article en cours qu'il faut que je termine et publie.

Voilà, ce n'est pas de la grande littérature (ni de la petite), c'est juste un exutoire.

 

 

 

Posté par anaisbouh à 13:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juillet 2018

Libérée, divorcée !

Yeah yoooo,

 

Et donc, en ce jour, lendemain de ma réception du prononcé du divorce (ooooh, c'est long, t'as compris?), j'inaugure ce blog.

Champagne, chips, petits saucissons (je t'expliquerai...) et petits fromages (c'est mon fils qui insiste)...

Au fil de ce blog, je te raconterai un peu comment, moi, j'ai vécu cette épreuve douloureuse, mais aussi libératrice !

Si si, je te jure, un divorce peut aussi être libérateur (surtout quand on a épousé mon ex ahahah).

Ici, ça parlera divorce, ça parlera musique, ça parlera douleur, espoir, bonheur aussi....

 

C'est partiiiiiii !!!

 

Plein d'amour sur vous ! (mais pas sur lui :p )

IMG_7021

(ouais, mes lunettes de soleil se tapent l'incruste :p)

Ana

 

Posté par anaisbouh à 20:57 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,